mercredi 21 septembre 2016

Reprise des répétitions de la chorale Essonnances

Nous reprenons ce jeudi 22 septembre 2016 à Evry (si vous n'êtes pas disponible venez dès le jeudi suivant)
Toutes les informations sont sur NOTRE SITE
Venez nombreux !

samedi 17 septembre 2016

Fête des association à Evry : c'est ce dimanche 18 septembre

Fête des associations 2016La 16e édition de la Fête des Associations se déroulera le dimanche 18 septembre 2016. Cette rencontre marque traditionnellement la reprise des activités associatives de notre ville. Elle permet aux nombreuses associations évryennes de se rassembler et de se mettre en scène au cœur d’un village associatif installé sur la place des Droits de l’Homme et du Citoyen.
ESPACE SAVEURS DU MONDE 
• Spécialités culinaires des cinq continents.
ESPACES INITIATIONS
• Travail du bois • bridge • jeu théâtral • logiciels informatiques • djembé • gestes de premiers secours et utilisation d’un défibrillateur • expériences scientifiques.
ANIMATIONS 
• Trampolines multipistes pour enfants • saut à l’élastique (sous réserve) • mini brocante • mini carnaval.
PODIUM 
• Vous pourrez saluer le travail mené tout au long de l’année par plusieurs associations de la ville à travers leurs démonstrations de chants, danses et musiques du monde.

mercredi 14 septembre 2016

La première condition du chant choral

La première condition du chant choral ou petite bafouille en guise de prélude à l’année chorale

Notre CA s’est réuni hier pour préparer la rentrée. Nous avons eu une discussion au sujet de l’apprentissage des chants, apprentissage dont la nécessité échappe parfois à certains choristes. C’est pour moi l’occasion de proposer la mise au point qui suit.

La première condition du chant choral c’est que chaque choriste connaisse sa partie (avant de se rendre à la répétition), c’est-à-dire qu’il soit capable de la chanter, soit seul, soit aidé par un accompagnement. C’est chez lui (ou dans le RER…), à partir des enregistrements de travail (réalisés à cet effet), que le choriste doit effectuer ce travail basique d’apprentissage ; il ne doit pas compter, pour cela, sur les répétitions. Car l’objet des répétitions est tout autre : apprendre aux choristes à mettre leurs voix ensemble ; or si je ne connais pas ma partie, ou si je la connais trop insuffisamment, il y a encore moins de chances que je sache la chanter en même temps que les autres voix.
Bref, on ne vient pas en répétition pour apprendre sa partie, mais parce qu’on la sait et parce que c’est à partir de là – et de là seulement – qu’il est possible au chef de chœur d’essayer de construire la polyphonie.
Bien sûr, tout au début de l’apprentissage (lors de la première répétition d’un chant) le chef de chœur n’attend pas que le chant soit parfaitement connu de chacun pour commencer de tenter de mettre les voix ensemble : c’est parce qu’il souhaite donner une première idée aux choristes de ce que le chant en question peut donner et ainsi les encourager à apprendre réellement leur partie. Mais très rapidement, si possible dès la répétition suivante, il faut que chacun ait fait l’effort de bien apprendre sa partie pour que la mise en œuvre polyphonique commence à donner un résultat intéressant.
D’ailleurs, à partir de ce moment, chacun pourra observer une chose plutôt inattendue : on constate que sa propre connaissance du chant évolue, que l’on commence à s’en faire une nouvelle idée et, finalement, qu’un chant que l’on croyait pourtant commencer à bien connaître présente aussi d’autres visages insoupçonnés jusqu’alors. C’est là que l’on commence à entrer dans une connaissance véritablement approfondie d’un chant et que l’on devient capable d’en apprécier toutes les richesses et toute la profondeur. On voit bien que cela ne se fait pas en une seule fois ; alors plus tôt on s’y met et plus on se donne de chances d’accéder à un vrai bonheur musical. Dans le cas contraire, on risque de ne jamais sortir d’un pénible et interminable exercice de déchiffrage ; avouez que c’est vraiment dommage quand on sait ce que l’on peut vivre dans un concert, lorsqu’on s’est bien préparé et que l’on s’est donné tous les moyens de s’exprimer avec la plus grande passion !
Bon travail les choristes !


lundi 29 août 2016

Venez chanter avec Essonnances

Vous en rêviez, peut-être depuis l’enfance :
La chorale Essonnances est prête à vous accueillir,
Et ses choristes à vous donner confiance
Dans le travail comme dans les fous-rires !

Nos répétitions reprennent à
Évry Village le jeudi 22 septembre 2016
au 9 avenue de l’église
Ça n’est pas très loin de chez vous si vous habitez non seulement Évry, mais aussi Soisy-sur-Seine, Étiolles, Ris Orangis, Courcouronnes, Lisses, Bondoufle, Corbeil-Essonnes, Saint- Germain-lès-Corbeil, Saint-Pierre-du-Perray,…

Soyez les bienvenus le jour de la reprise ; d’ici là vous pouvez vous documenter sur notre site :
Vous pouvez aussi m’appeler au 01 64 97 56 11 ou bien venir nous voir sur le stand de la fête des associations d’Évry le dimanche 18 septembre 2016 – devant la Mairie.

Michel Raquillet
Chef de chœur

vendredi 8 juillet 2016

Le chant choral : place aux défis !

Chanter en chorale cela comporte de nombreux aspects : c’est bon pour la santé, pour le moral, pour la mémoire, cela crée des liens, etc.…Il y a peut-être aussi un aspect auquel on pense moins : chanter en chorale est un défi.
Ce n’est peut-être pas un hasard si je rédige ces notes au lendemain de la victoire de l’équipe de France en demi-finale de l’Euro, tant la perspective de rencontrer l’Allemagne, meilleure équipe du monde, ne pouvait être pour les Bleus qu’un de ses plus grands défis !
J’ai déjà eu l’occasion de rappeler à mes choristes que le chant avait quelque chose d’un sport : apprentissage, discipline, préparation, entraînement, régularité, contrôle du corps, etc. Certes les choristes ne visent rien qui ressemble à des compétitions ; ils ont néanmoins des concerts à préparer et cela les amène à se confronter à bien des défis, individuels et collectifs.
Individuellement d’abord. S’engager dans une chorale n’a rien d’une chose évidente ; beaucoup y ont déjà pensé, quelquefois durant des années, avant d’oser finalement franchir le pas. Mais une fois arrivés dans le groupe quelques inquiétudes se font rapidement jour : vais-je faire correctement ce qui est demandé ? Est-ce que je chante comme il faut ? Ma voix ne va-t-elle pas déranger mes voisins ? Vais-je arriver à m’y retrouver avec cette partition à laquelle je ne connais rien ? Serai-je prêt le jour du concert ?
Collectivement maintenant. L’union fait la force, certes, il n’empêche que rien n’est gagné d’avance ! Il faut arriver à faire confiance à ses voisins de pupitre, à faire confiance aux autres pupitres – même si par moment l’un ou l’autre n’est pas dans sa meilleure forme ; et il faut évidemment arriver à faire confiance au chef de chœur. Combien de fois n’ai-je pas proposé à mes choristes des morceaux soit qui leurs semblaient d’emblée hors de portée pour notre chorale, soit que les premières répétitions (voire même davantage) semblaient promettre à un apprentissage laborieux ? Bref, ce n’est pas toujours le cas, mais il est fréquent qu’un choriste se demande s’il sera prêt pour le jour du concert !
Ce ne sont que quelques exemples de ce qui se présente pour les choristes comme un défi à relever ; dès lors il n’est pas étonnant que lorsque l’on sort d’un concert bien réussi on éprouve un grand sentiment de satisfaction, bien sûr parce que l’on a produit une chose vraiment belle, mais aussi parce que l’on a relevé de sacrés défis – chose que, dans l’enthousiasme partagé, on aurait presque déjà oubliée…

mercredi 16 mars 2016

Notre prochain concert







































Concert de chant choral au profit de Retina France
"Opération Mille choeurs pour un regard"

La chorale Essonnances d'Évry et l’Ensemble Choral de Corbeil-Essonnes ont le plaisir de vous convier au concert qu'ils donneront le :

Le 9 avril 2016 à 20h30

en l'Église du Sacré Coeur 36 rue Pierre Brossolette - Ris Orangis

Entrée gratuite ; libre participation.

Renseignements : http://essonnances.net/

Quatre bonnes raisons d’observer une bonne posture

Avec le printemps revient aussi la saison des concerts ; alors un premier conseil : avant même de chanter, penser en tout premier lieu à sa posture.
Je vois quatre bonnes raisons d’observer une bonne posture : mon public, mon corps, mon souffle, ma voix.

Je me maintiens dans une bonne posture :
pour le public et le chef de chœur : tous deux doivent voir mes yeux
pour mon corps : afin qu’il reste en suspension, sans aucune tension parasite et qu’il ne fatigue pas
pour mon souffle : afin que ma respiration soit calme et profonde, et que rien ne l’entrave

pour ma voix : afin que sa source vibre librement, fasse que le corps résonne et que celui-ci, à son tour, rayonne


samedi 23 janvier 2016

« À pleine voix » : 5 conférences en 2016 à la BNF et sur France Musique

Un mardi par mois (18h30 - 20h), de janvier à juin 2016, l'émission À pleine voix de Karine le Bail vous donne rendez-vous au Petit auditorium de la Bibliothèque national de France pour un enregistrement en public. Au cours de ce nouveau cycle, de l’opéra à la chanson en passant par le beatbox et le scat, tout ce qui « fait chant » sera exploré. Première session le mardi 26 janvier 2016.

karine le bail 603x380



Après 20 années à explorer les voix du passé dans ses Greniers de la mémoire, Karine le Bail vous propose d’entrer dans la « fabrique de la voix ». Comment la travaille-t-on ? Comment l’enregistre-t-on ? Comment la caractérise-t-on ? Comment la soigne-t-on ? Que nous en dit la littérature, des grands mythes aux écrits contemporains?

À travers une série de questions relevant de l’histoire, de l’esthétique, de l’anthropologie mais aussi de l’acoustique et des neurosciences, Karine Le Bail interroge la voix dans ses relations à l’espace – sa mise en matière, sa mise en lieu, sa mise en milieu – au cours de six ateliers publics faisant la part belle à l’expérience auditive et à l’expérimentation grâce au concours de chanteurs, de comédiens, de compositeurs et de metteurs en scène mais aussi de  musicologues, d’acousticiens et d’ingénieurs du son. Un temps sera réservé à unéchange entre artistes et public.
Ces conférences seront diffusées sur France Musique le samedi suivant chaque rencontre, à 16h dans l’émission « À pleine voix ».
Au programme :
Mardi 26 janvier - 18h30 à 20h :
La voix médiatisée
Les canons de la voix lyrique au regard de l’enregistrement et de l’écoute médiatisée.
Autour de la collection Charles Cros.
Séance avec le département de l’Audiovisuel de la BnF.

Mardi 9 février - 18h30 à 20h :
Travailler les voix d’enfants
Avec la Maîtrise de Radio France et Sofi Jeannin.
Le parlé-chanté dans l’opéra-comique.
Autour de Fantasio de Jacques Offenbach programmé à l’Opéra Comique en janvier 2017.
En présence du metteur en scène Thomas Jolly, de Jean-Christophe Keck, des chanteurs de la production, d’Agnès Terrier.
Séance avec le département de la Musique de la BnF.

Mardi 5 avril - 18h30 à 20h :
Transformer la voix
Autour de Kein Licht de Philippe Manoury (commande de l’Opéra Comique).
En présence de Philippe Manoury, de chanteurs de la production et des ingénieurs de l’Ircam qui feront une démonstration des logiciels de transformation, de traitement et de spatialisation en temps réel de la voix.

Mardi 17 mai - de 18h30 à 20h :
Sonoriser la voix
Autour des nouveaux dispositifs de sonorisation de la voix au théâtre et dans la musique classique.
En présence de Maxime Pascal et de son ensemble Le Balcon, de l’acousticien Brian Kats, directeur de l’équipe «audition et acoustique» du LIMSI et de Marie-Madeleine Mervant-Roux.
Séance avec le département Arts du spectacle de la BnF et en collaboration avec l’ANR Echo

Mardi 21 juin - de 18h30 à 20h  :
Fête de la voix
Autour des nouveaux solfèges de la voix.
Avec des artistes de la scène Beatbox (le cornettiste Médéric Collignon, le tubiste et beatboxer Jean-Baptiste Renaux), slameurs, rappeurs.
___________________________________________________________
INFOS PRATIQUES
Quai François-Mauriac, 75706 Paris Cedex 13
Téléphone : 33(0)1 53 79 59 59
Parkings publics payants à proximité, rue Émile Durkheim et rue Abel Gance.
Métro : Lignes 6 (Quai de la gare), 14 et RER C (Bibliothèque François-Mitterrand)
Bus : Lignes 89, 62, 64, 132 et 325
Entrée libre

mardi 12 janvier 2016

Le geste du choriste : un inconnu en technique vocale ?


Le geste ne serait-il pas un inconnu au bataillon des concepts du chanteur ?

J’ai eu vraiment l’impression de surprendre mes choristes en leur disant récemment que l’origine du chant, dans le corps, c’était le geste.
Il y a peut-être au moins 2 raisons à cet étonnement.

Raison n° 1
On nous a tellement dit que le chant c’était du son que l’on a spontanément du mal à penser que ce que nous devons demander à notre corps de fabriquer ce n’est pas un son mais un geste. Et ce geste lui, ensuite, en conséquence, engendrera un son ; il doit en être la véritable cause. Notre esprit commande le geste et le geste engendre le son. En fait, nous devons assister à la production de la vibration et du son par notre corps, mais de façon passive. Ce n’est pas sur le son que nous agissons mais, par des gestes internes, sur les différentes parties de notre corps qui peuvent être mobilisées pour le produire et le moduler.

Raison n°2
Nous venons de dire : gestes internes. En effet nous sommes en général plutôt habitués à entendre le mot geste être utilisé pour désigner les gestes de la main ou de la tête ; et plus généralement des gestes de notre corps visibles extérieurement.
Le geste vocal, tout au contraire – et c’est bien pour cela qu’il reste largement méconnu – est un geste interne donc essentiellement invisible. Il mobilise principalement des muscles qui vont du ventre à la tête et l’art du chant consiste à apprendre ces différentes mobilisations ainsi que leurs coordinations.
Ajoutons que cela se fait sous le contrôle des perceptions internes ou propres (on parle de la proprioception), des fameuses sensations – selon le terme employé par les chanteurs – et très peu, en tout cas d’une façon très secondaire, sous le contrôle de l’oreille ; car l’oreille entend le son, certes, mais elle n’entend pas le geste (en tout cas d’une autre façon – indirecte – et pas avant un long apprentissage). D’ailleurs au moment où l’oreille entend le son, il est trop tard pour corriger un geste qui n’aurait pas été bien réalisé !
*
Ce que nous venons de dire du geste par rapport à la production du son dans le chant est tout aussi vrai dans le cas de la musique instrumentale. L’interprète qui produit des sons avec son instrument actionne celui-ci au moyen de gestes, gestes produits par ses doigts, ses mains, ses lèvres, sa langue, son souffle, tous ces organes agissant soit directement sur l’instrument, soit par l’intermédiaire d’un archet ou de baguettes ; de telle sorte que chaque geste ou chaque ensemble de gestes aboutit à la production de son.
*
Une conséquence que nous devons tirer de ces considérations est la suivante : la conduite d’un chef de chœur ou d’une chef d’orchestre doit être pensée en direction des gestes des musiciens, et non en direction des sons que ceux-ci ont à produire. Or puisque d’une façon générale le geste déclencheur précède le son produit, le geste du chef devra anticiper – plus ou moins largement selon les cas – sur le moment de démarrage du son proprement dit.
*
Enfin, profitons de ces remarques pour préciser que, contrairement à une conception traditionnelle, on ne peut considérer le corps du chanteur comme un instrument, dans le sens où le chanteur disposerait de son corps comme l’instrumentiste dispose de son instrument. Il est bien évident que, contrairement à l’instrument de musique, le corps du chanteur ne lui est pas extérieur, il ne lui est même pas étranger : il est son propre corps. Du coup cela rejoint l’idée que les gestes du chanteur ne sont pas extérieurs mais sont, à la fois, et ce que produit son corps, et ce qui agit sur ce même corps.


À suivre