mercredi 26 janvier 2011

Chorale = solidarité

Lorsque l’on cherche à penser ce qui se fait dans une chorale, on doit à un moment rencontrer l’idée de solidarité. Pas de chorale sans solidarité. Mais la solidarité n’est-elle qu’une idée, une utopie, ou bien peut-on réellement en faire l’expérience. C’est la question que se pose Emmanuel Avonyo dans son billet du jour d’Academos (Académie de philosophie). Je vous confie cet extrait où j’ai trouvé frappant que, pour parler du problème général de la solidarité, l’auteur utilise la métaphore de la partition. Et si la musique que l’on essaye de faire ensemble était un modèle éminent pour les relations humaines ?

Au lieu de fonder la solidarité en éthique universelle, chacun pourrait jouer sa partition en accordant du prix à la culture du « donner et du recevoir ». Il ne fait aucun doute que ce sentiment est source de joie profonde, dans un univers de fraternité où chaque homme se sentirait relié à l’autre par sa part d’humanité. La solidarité vécue comme lien interhumain, qui ne dispense guère de l’engagement individuel pour le progrès social, pourrait réduire les inégalités économiques et les fractures sociales et culturelles.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.