mercredi 31 août 2011

Pourquoi rejoindre une chorale ?

Ambiance de rentrée. Vendanges exceptionnellement précoces. Préparatifs pour une nouvelle année de labeur…et de loisirs. Faire des choix, profiter des occasions qui se présentent, …Certains se diront qu’ils aimeraient bien chanter dans une chorale, oui mais où ? Et puis on n’ose pas trop : n’est-ce pas passé de mode ? Çà m’apportera quoi ? En fait la question c’est peut-être tout simplement : pourquoi rejoindre une chorale ?

Esquissons quelques réponses à ces questions.


I.                    Où trouver une chorale qui me convienne ?

On trouve des recensements de chorales dans :

II.                 N’est-ce pas passé de mode ?

On peut se faire une idée en consultant sur ce blog les articles précédents qui évoquent le chant choral dans le monde et en France :
Aussi en regardant ces documents de France 3 :


III.               Pourquoi rejoindre une chorale ?

Nous nous permettons de reproduire ici l’excellent texte présenté par la Chorale 1857 de Haguenau. Il éclairera bien les nouveaux choristes ; quant aux anciens ils en goûteront toute la saveur.

La nouvelle famille se montre accueillante : les anciens gravitent autour des nouveaux avec de grands sourires. Ils sont gais, prévenants .... La salle de répétition est du reste agréable. On est à l'aise, et on se marre beaucoup. La chorale est vraiment un lieu ouvert. Là, à chaque répétition, notre nouveau chanteur se sent chez lui. Déjà il s'est fait des tas de copains.

Mais aussi, il a découvert les premières partitions. Et là, une chose est apparue : le chant choral est une activité exigeante. Styles variés, termes techniques auxquels il ne comprend rien, difficultés de rythme, hauteurs de sons inaccessibles, phrasé, nuances, précision des attaques, justesse, articulation, texte dans des langues étrangères, constitution d'un "son homogène", exigences d'un chef maniaque, contraintes des horaires, des programmes, longueur des œuvres (car on chante debout), stress des concerts ... Tout cela ne va pas de soi pour le novice. 
L'art n'est pas si aisé qu'il l'avait d'abord imaginé. Et, tandis que le paradis vire au purgatoire, surgit pour lui cette angoissante énigme : "comment vais-je chanter tout ça ?"
 
Mais, encouragé par les anciens, le nouveau venu trouve vite la réponse : s'il est reconnu que l'on peut enseigner à lire et écrire aux enfants sans en faire des savants ou des écrivains, on concevra aisément qu'il soit possible d'exercer un adulte au chant sans en faire un virtuose, ni même un artiste. On ne lui en demandera pas tant. Choriste il veut être, choriste il sera.

Rassuré, notre ami s'est donc vite intégré et il ressent maintenant les vertus bénéfiques de sa nouvelle activité. Car une chose est indéniable : qu'elle soit vieillotte ou porteuse d'un esprit moderne, la chorale est une bonne chose. Elle devrait d'ailleurs être remboursée par la sécurité sociale.

Car, outre l'aspect artistique, il est évident que, sur le simple plan physique, le fait d'apprendre à contrôler sa respiration, de prendre conscience de son corps et du mécanisme phonatoire, le fait de libérer et de canaliser son énergie en hurlant sans complexe procure un authentique bien être. Parce que le chant est  vibration, il a une action bienfaisante sur tous les atomes du corps et un choriste qui arrive fatigué à la répétition, en repart immanquablement requinqué.

En outre, tout en défoulant le corps, le fait de chanter oxygène le cerveau. C'est un excellent remède contre le stress et l'ankylose cérébrale.

On peut donc l'affirmer : le chant choral a au moins ce double effet bénéfique : sur le plan physique il ravigote la carcasse et sur le plan mental, il aère les neurones.

Mais en plus, et c'est là l'aspect magique de cette pratique, le chant choral ressert les liens sociaux, il permet aux hommes de se fréquenter (aux femmes aussi), il leur apprend à se connaître, à s'aimer ... C'est un facteur d'ouverture, un trait d'union entre les individus.

Dans ce cas, qu'attendez-vous pour rejoindre une chorale ?



On pourra lire aussi le très synthétique dossier établi par le CEPRAVOI :

Chanter pour se vider la tête, chanter pour rencontrer les autres, chanter pour vibrer ensemble : et si, dans notre monde de fous, le « rêve artiste » servait à rejeter un monde petit et gris ! Être artiste, même un peu, même amateur « de base » comme on l’entend dire un peu partout, n’est ce pas tout simplement être reconnu dans son authenticité, exister autrement et ailleurs que dans la société de consommation, d’appropriation et de frustration.
Ils sont passionnés, aiment chanter depuis toujours, ce n’est pas un choix, c’est une évidence, c’est comme respirer. Portraits.
Le plaisir de chanter ne va pas sans celui de se produire. Chanter pour les autres, présenter aux autres le fruit de son travail relève parfois du casse-tête : il faut du temps, de l’argent, monter des dossiers, communiquer et s’y retrouver dans les diverses sources de financements possibles.


IV.               Éloge du chant choral

Terminons par quelques déclarations faites par des chefs de chœur, élogieuses pour le chant choral et pour …les choristes ; on commence à comprendre pourquoi on a tant à cœur d’être dans un chœur.

La pratique chorale amateur est en plein essor. Occasion de rencontrer des amis ou recherche d’une activité créative, simple détente ou désir de développement personnel, plaisir de chanter sans contrainte ou véritable idéal artistique... les motivations des choristes sont variées, et les groupes ne se ressemblent pas. Cependant, ils constituent tous un extraordinaire espace d’expérimentation du son, de la voix, du chant, de la musique, de la pédagogie, de la relation humaine.
Lucien Bass

Il faut avoir été dans un chœur pour savoir quelle plénitude on éprouve à placer avec justesse une voix dans un ensemble de voix. Toute chorale, tout groupe chantant est une cellule humaine, où hommes et femmes, enfants et adolescents apprennent à s'écouter, à s'entendre, à vivre dans une harmonie qu'ils façonnent sans cesse, et dont ils savent que l'équilibre fragile est le fait de leurs volontés individuelles constamment en éveil. 
Marcel Corneloup (1928-2010)

Pour faire partie d’un chœur, la première condition est d’en manifester le désir. Cette déclaration publique du désir de chanter dans un groupe choral prend le sens d’un engagement personnel du postulant à tenir véritablement sa place, à jouer vraiment son rôle dans le chœur, dès lors qu’il sera véritablement intégré.
Etienne Lestringant

Assez vite, il est apparu qu'en musique la convivialité n'était rien sans la qualité, deux démarches qui semblent opposées au départ et qui doivent pourtant se réunir pour donner un art vivant, agréable et porteur d'humanité. Comment naît le plaisir artistique ? Dans une grande patience ... joyeusement et assidûment consentie. Il faut savoir renoncer au mythe de l'art spontané et aisé !
Quodlibet (Chœur du personnel de l’Université de Louvain)

Qu'apporte le fait de chanter ensemble?
C'est fondamental. Cela élève la compréhension de la musique au plus haut degré. Vous chantez votre partie tout en participant aux autres. Dans un orchestre, lorsque le hautbois joue un solo, les cordes l'accompagnent. Elles ne pensent plus à leur propre instrument, mais suivent le mouvement du hautbois. C'est la même chose en chantant. Vous essayez de vous libérer de vos propres notes et de vous-même. Car nous sommes pesants avec nous-mêmes. Quelle richesse si nous pouvons nous libérer pour être avec les autres!
Michel Corboz

Dans un chœur d’amateurs, il n’y a aucun remboursement sauf le plaisir de la musique et cela se communique dans les concerts et les représentations. Ils font des sacrifices énormes pour venir au chœur et pour répéter semaine après semaine, nuit après nuit ; il y a des gens qui se lèvent à 6 heures le matin, qui arrivent pour la répétition à 7 heures le soir et pour le concert à 9 heures, comme hier soir, presque sans manger ; plus on se sacrifie pour une chose dans la vie, plus beau est le résultat.
Arthur Oldham (1926-2003)


Lorsqu'on a goûté une fois l'agrément de ces moments étonnants d'efforts collectifs d'où émerge une émotion exceptionnelle que ne peuvent soupçonner les profanes, on s'engage pour toujours sur une voie de perfection.
César Geoffray (1901-1972)


V.                  Rejoindre Essonnances

Si le cœur vous en dit, vous pouvez rejoindre la chorale Essonnances qui sera heureuse de vous accueillir : nous répétons à Évry Village chaque jeudi ; au confluent de l’Essonne et de la Seine, au confluent des routes qui traversent les agglomérations d’Évry Centre Essonne (Évry, Ris Orangis, Courcouronnes, Bondoufle, Lisses, Villabé) et de Seine-Essonne (Corbeil, Soisy-sur-Seine, Saint-Germain-lès-Corbeil,  Le Coudray-Monceaux, Etiolles).

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.