lundi 30 juillet 2012

Une nuit avec Alagna, «de Luis Mariano à Puccini», en direct sur France 3

Voici une belle occasion, mardi 31 juillet, de passer la nuit avec Roberto Alagna ! En direct du Théâtre antique d'Orange, il nous fera vibrer dans "Turandot" de Puccini. Le ténor y incarne pour la première fois le valeureux Prince Calaf. Et pour se mettre en bouche, France 3 propose de démarrer la soirée avec l’hommage joyeux d’Alagna à Luis Mariano, spectacle qui s’était joué à guichet fermé.

-Pour débuter la soirée : l’hommage de Roberto Alagna à Luis Mariano, pour qui il a une tendresse toute particulière 
Mexico, la Belle de Cadix, L’amour est un bouquet de violettes… Roberto Alagna fait revivre le mythe, avec 19 musiciens, sous la direction d'Yvan Cassar (dans l'écrin des Arènes de Bayonne).
« Nous nous sommes particulièrement attachés lors de l‘élaboration de ce spectacle-hommage à un artiste multiple et généreux, passionné et profondément tourné vers le métissage musical et culturel » explique David Alagna, metteur en scène du spectacle. 
20h35 : "C'est magnifique, hommage à Luis Mariano", Les meilleurs moments
Enregistré aux Arènes de Bayonne en juillet 2010
Direction musicale : Yvan Cassar
Mise en scène : David Alagna

Durée : 44', Réalisation : Don Kent



-Point d'orgue de la soirée : "Turandot" de Puccini, en direct du Théâtre antique d'Orange
Ce Drame lyrique en trois actes et cinq tableaux, Turandot, l’opéra inachevé de Puccini, est peut-être l’œuvre la plus ambitieuse du compositeur de La Bohême, Tosca ou Madame Butterfly.
Turandot, pour un ténor, est l'un des opéras les plus difficiles à interpréter. Cette année, Les Chorégies d'Orange ont confié à Roberto Alagna, le rôle de Calaf dans lequel s'était particulièrement illustré un certain... Luciano Pavarotti.
L’histoire : Turandot, ou l’histoire de la cruelle princesse de Chine, fille de l’empereur Altoum. Marquée par le souvenir du viol et l’assassinat de son aïeule, elle a les hommes en horreur. Elle doit toutefois se marier, mais à une condition : son futur époux devra résoudre trois énigmes qu’elle lui soumettra, faute de quoi le prétendant sera décapité.

Et c’est précisément ce qui arrive au Prince de Perse qui fut un candidat malheureux. Lors d’une bousculade devant le palais impérial, le prince Calaf, guidé par la jeune esclave Liù, retrouve son père Timur, roi déchu des Tartares, renversé naguère par l’Empereur de Chine. Tous trois sont là incognito. Alors que le Prince de Perse est conduit à l’échafaud, paraît la Princesse Turandot dont la beauté éblouit Calaf qui décide de demander sa main et de concourir à son tour.

Les ministres Ping, Pang et Pong tentent en vain de le dissuader, tout comme son père et Liù, secrètement amoureuse de Calaf. Cette cérémonie des énigmes va sceller le destin des protagonistes et révéler l’habileté et les sentiments de Calaf, qui va tenter de mettre fin à cette tradition barbare.

A 21h30 : Turandot de Puccini En direct du Théâtre antique d’Orange
Opéra en trois actes
Direction musicale : Michel Plasson
Mise en scène : Charles Roubaud
Réalisation : François Goetghebeur

Avec l'Orchestre National de France. Les chœurs de l'opéra-théâtre d'Avignon, de l'Opéra de Nice, de l'Opéra de Toulon Provence Méditerranée, de l'Opéra de Tour et de l'Ensemble Vocal des Chorégies d'Orange ainsi que de la Maîtrise des Bouches du Rhône

Distribution : Roberto Alagna (Calaf), Lise Lindstrom (Turandot), Luigia Borsi (Liù Maria), Marco Spotti (Timur), Altoum Chris Merritt (Imperator), Marc Barrard (Ping), Jean-François Borras (Pang), Florian Laconi (Pong), Luc Bertin-Hugault (un mandarino)


L'hommage de Roberto Alagna à Luis Mariano





Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.