lundi 26 août 2013

Qu’est-ce que chanter ?

Chanter c’est mettre en accord son chant intérieur et son chant extérieur.

Cette définition peut sembler à première vue un peu étrange ; pourtant elle pourra être d’une grande utilité aux choristes qui souhaiteront progresser dans leur chant.
Quand on parle de progrès dans le chant on pense en général à la technique vocale ; or si on chante avec sa voix, on chante aussi avec son oreille, en tout cas grâce à son oreille.
Progresser dans son chant, c’est ce à quoi est appelé tout choriste, qu’il débute dans une chorale ou bien qu’il soit déjà plus ou moins expérimenté : à quelque niveau que l’on soit les progrès sont possibles ; ils sont même inhérents à la vie de chanteur.
Certes le moment le plus délicat est probablement celui des premiers pas dans une chorale ; car même si le chant choral est ouvert à tous – et il faut qu’il le reste toujours – il ne faudrait pas que les candidats se laissent abuser et imaginent qu’il ne doit jamais y avoir quelque obstacle à franchir.

Étienne Lestringant (La voix chorale, Van de Velde, 2004, p. 192-193) pointe de façon remarquable une difficulté dont on ne parle que trop rarement. Il aborde ce point au sujet de la question de la justesse.

Pour chanter juste, il est indispensable d’entendre mentalement chaque son très précisément à l’avance…
c’est  ce que nous avons appelé le chant intérieur ; et voici maintenant pourquoi, d’après l’auteur, chanter juste n’est guère si facile :
Une fois que le chanteur a dépassé les premiers plaisirs du chant instinctif, qui octroie au sujet bien doué une facilité naturelle qui le surprend et le ravit, le véritable apprentissage technique commence. Il lui faut réapprendre ce que la nature semblait lui avoir donné à profusion pour la vie entière, comme une promesse de félicité illimitée avec lui-même et avec le monde, et qui semble lui échapper soudain. Les certitudes du geste spontané se dérobent alors à sa volonté. Il se retrouve aussi démuni qu’un débutant en quête d’une toute première initiation. Il ne retrouve l’aisance du commencement qu’au bout d’un long cheminement personnel. Pour accéder à un commencement de maîtrise artistique, le naturel doit être réappris
nous avions déjà abordé ce point dans Entrer dans le monde du chant
et réinvesti entièrement, une étape après l’autre. Tout apprentissage artistique nécessite une maturation inconsciente dont la rapidité d’approfondissement échappe à la volonté du sujet. Le temps ne s’apprivoise que dans la soumission à sa rigueur.

Pour éviter toute désillusion fatale, il est donc important d’informer les personnes, au moment de leur intégration dans la chorale, de la nature de l’activité qui leur est proposé : elles auront à réaliser un apprentissage artistique. Bien sûr toute la chorale sera là pour les entourer et les encourager – avec au premier rang, évidemment, le chef de chœur. Elles ne seront donc pas déçues lorsque les difficultés les plus habituelles surgiront ; elles sauront que tout cela est normal et que le franchissement lui-même de ces obstacles n’est pas le moindre intérêt du chant choral ; enfin le jour du concert, elles apprécieront d’autant plus leur prestation réussie qu’elles auront en tête les étapes franchies finalement avec succès.

Revenons maintenant à notre thème de départ. La claire identification, par le chef de chœur de la distinction entre chant intérieur et chant extérieur, doit être un des moyens les plus importants pour aider les nouveaux choristes à surmonter bien des difficultés. Nous reviendrons donc sur cette question dans un article ultérieur. Mais que l’on se dise déjà une chose capitale : le chanteur doit apprendre à écouter, à s’écouter lui-même avant d’extérioriser quoi que ce soit (ouvrir la bouche, et même faire le moindre geste respiratoire) ; on ne chante bien que ce qu’on s’apprête à chanter ; le chant intérieur doit précéder le chant extérieur. Bien des erreurs sont dues au fait que le choriste est trop pressé de chanter ; du coup, le premier son émis est déjà mal en place – et tout le reste suit…
Bien sûr quand je chante dans ma salle de bain je fais tout cela très naturellement ! Il me reste donc à franchir encore quelques étapes pour passer de la salle de bain à la salle de concert.

à suivre

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.