jeudi 13 mars 2014

Comment apprendre ses chants ? (§9 L’illusion de savoir)





L’intérêt des méthodes qui vont être proposées maintenant ne peut être compris qu’une fois admis que l’on ne sait pas ses chants autant qu’on l’imagine. La connaissance précise d’un chant est finalement une chose fragile ; et c’est tant mieux, car c’est cela qui va permettre de nous faire entrer dans une connaissance plus profonde, tout en faisant largement évoluer notre interprétation.

Comme le dit Jean Gabin : Maintenant je sais
Quand j'étais petit, haut comme trois pommes
Je parlais bien fort... pour être un homme
Je disais: "Je sais, je sais... je sais"
Maintenant, je sais... Je sais qu'on ne sait jamais



Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.