mardi 18 novembre 2014

Comment apprendre ses chants ? (§10 Repérer des régularités)

Poursuivons notre enquête sur la façon dont on apprend un chant – en particulier dans le cas du choriste, même si beaucoup de choses sont valables pour toutes sortes de situations de chanteur.

Après avoir écouté plusieurs fois l’enregistrement de travail, il arrive un moment où l’on se rend compte que l’on peut commencer à prendre des repères. Il y a des passages que l’on reconnaît mieux que d’autres ; et on commence à réaliser que certains passages reviennent, soit à l’identique, soit avec des variantes plus ou moins importantes.
Car il n’existe probablement pas de musique qui ne présente à un degré ou à un autre sinon de la répétition, au moins de la régularité, de la symétrie. Par exemple le rythme est déjà une forme de régularité. Autre exemple : ce qu’on appelle un thème est une phrase musicale destinée à revenir à plusieurs reprises, et son retour permet, à chaque fois, de l’identifier de mieux en mieux. Sans qu’il s’agisse à proprement parler de thème, des cellules musicales – des patterns musicaux pour employer un mot plus savant – peuvent revenir de façon plus ou moins fréquente et, à chaque fois, avec ou sans transformation sensible.
On imagine bien que, parmi tout ce qui fait que notre mémoire peut être frappée, impressionnée, les facteurs de régularité sont des éléments déterminants.
En conséquence, en prenant le temps d’un peu de réflexion – celle-ci étant souvent aidée par la consultation de la partition (pas besoin d’être un as du solfège pour cela !) – et en cherchant à identifier les régularités, on préparera la mémoire à se rendre sensible à leur survenue et, par suite, à retenir plus aisément les passages qui en relèvent.
On commencera évidemment par rechercher les retours les plus marquants. Il faut aussi signaler que ces retours peuvent exister à différents niveaux de structure ; par exemple on peut observer des retours aussi bien à l’intérieur même d’une cellule ou d’une phrase musicale que d’une phrase à une autre ; on peut même chercher à observer des régularités à l’échelle de la structure d’ensemble d’une œuvre.
En fin de compte, on s’apercevra que plus on aura avancé dans la détection des régularités, plus le travail de la mémoire s’en trouvera allégé, et plus la musique s’en trouvera intériorisée de façon sûre et, probablement aussi, pérenne.

***
À titre d’exemple voici quelques remarques destinées aux choristes commençant à apprendre le Magnificat anima mea de John Rutter.

La lettre A expose un thème composé du sous-thème T1 (mes. 12-19) et du sous-thème T2 (20-27) ; T1 et T2 mettent en musique (un peu différemment) la même phrase : Magnificat, magnificat, anima mea Dominum.

T1 est exposé 4 fois :
L’exposition est faite à chaque fois dans une tonalité différente : sur la partition ce ne sont pas les mêmes notes, mais ce qu’on entend est la même mélodie, avec à chaque fois une hauteur et une couleur différentes.

A : par S+A (soprane+alti) :   8 mesures dans la tonalité de Sol (armure = fa#)
C : par T+B (ténors+basses) : 8 mesures dans la tonalité de La (armure = fa#, do#, sol#)
F : par T+B :                           5 mesures (97-101) dans la tonalité de Lab (armure = sib, mib, lab, réb)
puis par les soprane :              8 mesures (101-108) dans la tonalité de Dob (armure = 6 bémols…). Les basses feront attention de bien rester sur le dob pendant 4 mesures (102-105).

T2 est exposé 2 fois (et dans la même tonalité) :
A : par SATB :                       8 mesures (20-28) – en Sol
C : par SATB :                       8 mesures (52-60) – en Sol

Soyez attentifs à ceci :
Entre ces 2 fois il y a néanmoins (pour certains pupitres) de très légères différences : repérez-les bien.
Soprane : différences : aucune
Alti : différences : 4e note ( puis si), dernière note (sol# puis fa#)
Ténors : différences : notes 5-6-7 (ré ré mi puis mi ré do), dernière note (mi puis ré#)
Basses : différences : 4e note ( puis si), 5e note ( puis do)

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.